Pour une démocratie sur-mesure

Le Président de la République a lancé le Grand Débat. Beaucoup de bretonnes et de bretons y ont participé. Les élus locaux et en particulier les maires s’y sont investis et partageront aujourd’hui à Saint-Brieuc le résultat d’une consultation inédite sur leur vécu de notre démocratie locale. Car le sujet central est bien celui de la démocratie. La crise des gilets jaunes a marqué une défiance profonde vis-à-vis de notre organisation démocratique, allant jusqu’à proposer le référendum d’initiative citoyenne, c’est-à-dire un système politique sans représentants. Mais un monde sans élus est-il vraiment la solution ?

Aujourd’hui le retour du conseiller territorial s’engage dans cette brèche avec la promesse de diminuer le nombre d’élus sans toucher au nombre de collectivités comme si c’était la réponse aux attentes de nos concitoyens sur la mobilité, sur l’accès aux services, sur le pouvoir d’achat. Cette fausse bonne idée d’un nouveau mécano électoral brouille les messages. Nous y avions d’ailleurs répondu avec une autre voie que nous avions ouverte en Bretagne sur une seule collectivité fusionnant conseils régional et départementaux, mais qui faute d’accord fut abandonnée.

Aujourd’hui, entre le big bang territorial qui mettra plus de temps à se faire qu’à la banquise de fondre et le moins d’élus comme solution aux problèmes, j’ai la conviction qu’il existe une voie qui mérite d’être défendue pour la Bretagne, celle de la différenciation ou pour le dire autrement, celle de la démocratie sur-mesure. Plutôt que de partir de l’organisation et de chercher à la bouleverser par une nouvelle loi et par une forme de brutalité, je propose de partir des besoins des citoyennes et des citoyens. Commençons par bien les connaître, par avoir une vision précise de leurs besoins, de la façon dont ils utilisent ou pas nos services publics, de leur satisfaction ou de leur insatisfaction. Ensuite, à nous Région, Départements, Intercommunalités, Communes de construire ensemble les bonnes réponses, de savoir se passer la balle, de faire de la coopération en clarifiant nos missions respectives. Sans oublier l’Etat en région, partenaires sociaux et acteurs du monde économique et associatif. Et pour construire ces réponses, la différenciation est un atout puissant car prenant en compte les histoires, les coopérations, les territoires et surtout les hommes et les femmes qui y vivent.

La différenciation crée de la confiance et permet la réponse pertinente au niveau pertinent.

En Bretagne, nous aimons travailler ensemble, ce qui ne veut pas dire que nous ne savons pas nous dire nos quatre vérités en face ou affirmer nos différences, mais nous savons toujours nous rassembler pour bâtir de grands projets et répondre à l’intérêt général. Et bien le grand projet aujourd’hui dans nos territoires, c’est de savoir offrir cette démocratie sur-mesure à nos concitoyens. N’oublions pas que le message de fond des gilets jaunes est celui de la capacité à prendre des décisions et à les voir s’appliquer. Plus vous vous sentez loin de la décision, plus vous pensez les élus inutiles et incapables de décider. Plus vous vous éloignez de la démocratie pour vous rapprocher des bancs des extrêmes, plus vous pensez qu’une dose d’autorité voire d’autoritarisme ne ferait pas de mal. Cette démocratie sur-mesure est celle qui permet à chaque élu d’avoir une réponse à apporter aux citoyens, à chaque maire de pouvoir sereinement proposer les solutions portées par les autres collectivités en plus des siennes propres. Elle est celle qui remet les élus en responsabilités, qui redonne de la fierté car démontre toute l’utilité d’être un élu de la République.

Nous avons besoin d’un sursaut démocratique dans notre pays, la différenciation par la liberté qu’elle apportera dans les territoires peut y contribuer. La Bretagne est toujours prête sur ce sujet pour passer de l’expérimentation à l’action et participer à une nouvelle étape de notre République.

Loïg Chesnais-Girard, Président de la région Bretagne