Georgette Bréard est intervenue dans le cadre du débat de politique générale.

M. le Président, Mesdames et Messieurs les Conseiller-e-s Régionaux,

Nous voici donc réunis pour le deuxième budget de cette mandature, le budget qui vient confirmer nos engagements de campagne, qui traduit la mise en œuvre du projet de mandat autour de 6 ambitions que vous avez vous-même, M. Le Président, défini il y a tout juste un an. Le vote du budget est un acte politique fort, il traduit pour l’année 2017, la volonté de votre majorité rassemblée, ( notre majorité ) d’impulser la Nouvelle Région.

En cette période d’incertitude mais si importante pour notre Pays et donc pour notre Région, il n’est pas trop tard pour souhaiter ( la période des vœux n’est pas très loin ) que notre Assemblée travaille dans l’harmonie, dans la sérénité, au service de l’intérêt général, avec le souhait que nos décisions se traduisent concrètement dans la vie des BZh.

Les années passent, les polémiques restent. Malgré l’assainissement de la vie politique depuis plus de 30 ans, les citoyennes et les citoyens retiennent ces affaires qui salissent l’ensemble de la classe politique.

La période électorale qui s’ouvre va être très difficile pour tous les candidats. Je ne me réjouis pas, loin sans faut, de ce qui arrive à la droite française et à son candidat en particulier : il faut laisser la justice faire son travail sereinement. Ne voyez aucune joie mauvaise dans mes propos mais plutôt une grande amertume, une grande tristesse démocratique.

Et ne croyez pas que ceux qui disent laver plus blanc que blanc peuvent nous donner des leçons, non. L’anti système se nourrit aussi du système Rappelons-nous qu’un acte n’est pas moralement bon parce qu’il est légal. Bien sur, le droit et la morale sont de nature différente. Si les lois sont évolutives, nous pouvons penser que la morale l’est également. Le besoin d’éthique s’explique par l’évolution rapide de la société qui se trouve face à des règles morales inadaptées à la vie contemporaine. La mise en place d’un code d’éthique politique pourrait efficacement compléter la loi et participer au rétablissement de la confiance entre les H et F politiques et les électeurs, confiance nécessaire à la vie démocratique. Le droit, La morale et l’éthique dans la vie politique pourrait aussi inspirer notre règlement intérieur.

M. le Président, je ne pouvais passer sous silence ces trois semaines qui ont produit une déflagration sans précédent avant bien entendu de vous parler de la Bzh, car rien ne peut et doit nous faire dévier de notre objectif : servir les Bzh grâce aux politiques que l’exécutif avec la majorité déclinent sous votre responsabilité. Vous répétez à l’envie que nous travaillons ici pour les bretonnes et les bretons, que nous travaillons pour la Bretagne dans le temps long.

Et c’est vrai. Depuis un an notre travail porte ces fruits car il s’adosse aussi au travail de fond engagé depuis plus de deux mandats. Jour après jour , nous construisons la Nouvelle Bretagne . Ainsi le budget 2017 traduit la réalisation du projet de mandat et le déploiement de la « nouvelle région » : en renouvelant ses missions, ses partenariats et ses modalités d’action. Il connaît une forte augmentation qui s’explique par de nouvelles compétences et par des investissements massifs : 2017 est une étape nouvelle dans la montée en puissance du fait régional, au service de la Bretagne.

En effet de nouvelles compétences en matière de développement économique et de soutien aux entreprises se mettent en place.

La Région est désormais reconnue chef de file, et elle construit actuellement un nouveau partenariat avec les 59 EPCI bretons, qui se traduira par un conventionnement avec chacun d’entre eux au cours de cette année. L’objectif est de développer au service des entreprises une action publique renouvelée dans le cadre d’un partenariat nouveau. Proximité, réactivité, efficacité en sont les mots clés.

Dans le domaine de la formation aussi, les compétences évoluant, la Région dispose d’un champ d’intervention particulièrement large. Ce positionnement nouveau et ce rôle pivot légitiment notre candidature à une mission de coordination des acteurs de l’accompagnement vers l’emploi, et notre responsabilité dans la reconduction du plan de mobilisation pour l’emploi.

L’ambition d’un futur Plan Breton sur l’Eau et la volonté de la Région de prendre pleinement cette compétence sont confirmées cette année. La Région apparaît comme l’échelon le plus pertinent pour assurer la mission d’animation et de concertation dans le domaine de l’eau : coordination des acteurs, animation des politiques publiques, expression de la solidarité des territoires seront à l’agenda de l’année.

La question des déchets qui deviennent des ressources, concerne à la fois des questions sociales, environnementales, économiques, sera traitée dans le plan de gestion des déchets , en lien avec les différents partenaires de la Région. Rappelons aussi, et félicitons-nous, que les Bzh sont les champions du tri.

Mais dans le domaine de l’environnement, la région va aller au-delà de ses compétences. Avec l’organisation d’une COP régionale, nous voulons placer les enjeux environnementaux et écologique au cœur de notre projet politique, et la mobilisation de nos collègues en responsabilité assurera le succès de ce rd-vous !

L’autre évolution majeure de 2017 est l’extension des compétences en matière de transports.

– Elle concerne en premier lieu les transports routiers interurbains et les transports scolaires. J’entends parfois comme vous les inquiétudes, les questions, des proviseurs, des parents d’élèves, des agents. Nous avons 6 mois pour y répondre et je sais que sous la direction de notre collègue la bonne organisation qui prévalait perdurera. C’est pour nous l’opportunité d’instaurer de la proximité en créant une nouvelle relation à l’usager. C’est la régionalisation dans les faits, cette régionalisation qui fait tant peur à certains et qui est pourtant source d’efficacité.

– Elle , la nouvelle responsabilité, englobe également les ports, et les liaisons maritimes. Nous devons ici saluer le travail intelligent entre la Région et les départements, qui permet aujourd’hui de proposer une vrai stratégie portuaire et une vraie cohérence. Nous avons su démontrer avec les ports de Brest, de Lorient et de Saint-Malo que nous étions de bons gestionnaires, et de vrais visionnaires. Mais je crois que nous allons devenir le 2ème armateur de France. C’est à souligner

2017 sera donc une année de renforcement du fait régional et aussi une année de grand travaux pour notre Région.

Tout d’abord Bretagne Grande Vitesse.

Que de chemin parcouru depuis 15 ans. Oui nous avons gagné, M. Le Président, pour faire de cet outil de désenclavement et d’attractivité une réalité. Ce sera toute la Bretagne qui bénéficiera dans qq mois de ces travaux. Toute la Bzh est et sera concernée par la Grande vitesse grâce à une réflexion qui développe l’inter modularité.

Beaucoup de choses vont changer à partir de cet été, sans que nous en mesurions forcément toutes les conséquences. Les villes organisent des pôles d’échanges multi-modaux pour accentuer l’attractivité de leur territoire, et c’est tant mieux. Le travail réalisé sous la houlette de notre collègue Vice-président pour une complémentarité optimale entre TGV et TER, transports routiers a été remarquable. Une double conviction nous anime

– Tous les territoires bzh doivent bénéficier de ces travaux

– Et tous les habitants doivent en bénéficier

Cela doit contribuer à renforcer l’attractivité globale, économique, et touristique, mais aussi démographique de notre région.

( Pensée pour les victimes + conducteur )

Le Très Haut débit ensuite.

La fibre optique va continuer à se déployer sur l’ensemble du territoire, avec une multiplication par quatre du nombre de prises mises en place d’ici la fin de l’année. Les difficultés liées aux travaux de raccordement seront vites oubliées, j’en suis sûr, au regard des impacts positifs de ce grand bouleversement, dans le champ de l’ économique, du sociétal et celui du financier. Lorsque dans 10 ans, 15 ans, comme pour BGV, nous regarderons en arrière, et que l’ensemble du territoire breton sera couvert, nous pourrons être fiers du résultat.

Cette session sera aussi l’occasion de discuter et de voter sur des bordereaux importants.

Tout d’abord le plan opérationnel du schéma directeur immobilier. 8 axes d’interventions ont été identifiés pour l’ensemble des sites. L’implication et le travail collectif sont primordiaux sur ce sujet. Il s’agit là d’un enjeu fondamental car une Bretagne dynamique, c’est une Bretagne qui s’appuie sur sa jeunesse. Dans son domaine de compétence, la Région veut donner les moyens à chaque lycéen pour réussir son parcours et surtout s’épanouir.

Sur le volet économique, nous serons amenés à confirmer nos orientations de la stratégie de développement économique, autour de quatre ambitions. Le nouveaux partenariats avec les EPCI au pouvoir renforcé nous offre de nouvelles opportunités. L’économie Sociale et Solidaire doit trouver toute sa place dans ce schéma . Vraie chance de développement, à la fois économique et social, l’ESS doit booster la capacité à mener des projets innovants au service des territoires et de l’emploi, et surtout au service des populations qui y vivent. C’est ainsi que nous maintiendrons le lien social et n’en déplaise à certains le « bien vivre ensemble »

Le SRADDET (Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) est un projet de développement reposant sur une vision collective des grands enjeux d’aménagement et de développement durables. Cohérent, ambitieux, il doit nous permettre d’identifier les défis à relever.

Une suggestion, et je m’appuie sur une proposition de JMLB, entre autres, il nous faudrait trouver un autre nom, plus lisible, plus compréhensible. La relation de la collectivité avec le citoyen passe aussi par là.

Une étape de concertation s’appuiera sur la relation avec nos partenaires, et la mobilisation des citoyens permettra d’aboutir à un projet co construit et partagé par l’ensemble des acteurs. C’est la seule méthode qui vaille, car il s’agit de réfléchir ensemble à l’aménagement harmonieux de notre territoire, afin que chacune et chacun bénéficie de son développement.

Et enfin M. le Président, permettez-moi d’aborder le dernier grand dossier de cette session, à savoir celui qui présente notre nouvelle politique d’achat.

L’objectif affiché est bien d’améliorer la qualité du service public, d’augmenter notre efficacité. Mais nous devons surtout y voir une capacité supplémentaire pour nos entreprises d’accéder à la commande publique, au marché.

Nos entreprises font vivre notre territoire, il est normal qu’elles puissent avoir accès plus facilement aux achats publics. C’est de l’argent directement réinvestit sur notre région.

Une session budgétaire riche, à la hauteur des enjeux, dans un climat économique qui s’améliore. C’est un contexte pour débattre sereinement et faire des choix. C’est notre devoir et notre responsabilité.

M. le Président, les élu-e-s du groupe socialiste et apparentés y sont prêts.

Je vous remercie de votre attention