Georgette Bréard est intervenue dans le cadre du débat de politique générale.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les conseiller.e.s régionaux.ales,

Nous voici réunis pour la dernière session de cette première année de mandat. En un an, nous avons beaucoup travaillé : pour preuve l’ordre du jour copieux de cette session, qui reprend plusieurs dossiers pilotés par notre exécutif.

Nous avons donc été élus il y a tout juste un an sur un programme ambitieux pour la Bretagne. En février dernier, lors de la présentation des O budgetaires, Jean-Yves Le Drian a fixé six ambitions pour relever les défis de demain et vous venez de les rappeler M. le Président.

Aujourd’hui au travers des orientations pour 2017, nous reprenons les grandes lignes de la stratégie budgétaire que nous avions présentées en début d’année. Elle permet de décliner un projet Régional ambitieux en réponse aux défis de l’avenir : les modèles de développement sont interrogés, de profondes mutations les affectent. Nous devons être en capacité d’élaborer de nouvelles formes de développement et d’organisation. Et nous savons tous que la Bretagne dispose d’atouts majeurs pour s’inscrire positivement dans ces bouleversements.

Notre ambition est bien de construire la nouvelle Bretagne : oui, la nouvelle région, avec des responsabilités élargies notamment grâce aux lois votées ces dernières années.

– En agissant pour le développement de l’économie, avec l’emploi durable en ligne de mire ;

– En développant les compétences humaines par la formation pour tous et tout au long de la vie ;

– En faisant le pari de la transition énergétique et environnementale réussie et partagée par tous ;

– En permettant un développement équilibré des territoires qui respecte leur dynamisme ;

– En faisant des mobilités un enjeu d’aménagement du territoire mais aussi de liberté et d’épanouissement, à travers notamment la Grande Vitesse et le Très Haut Débit ;

– En favorisant l’attractivité et le rayonnement de la Bretagne grâce à son dynamisme culturel. Que serait la Bzh sans vitalité culturelle.

Tout au long de ces derniers mois, notre majorité a lancé les chantiers pour mettre en œuvre nos ambitions conformément à notre programme.

Durant cette première année de mandat, nous avons dû aussi, nous saisir de dossiers urgents et c’est ce que notre collègue Olivier Allain a fait. Face aux crises agricoles, il a élaboré avec les professionnels, les Plans de soutien aux différentes filières, en complémentarité des plans gouvernementaux.

Et oui, certain.e.s ici sur ces bancs ne seront pas d’accord, c’est aussi le jeu de la démocratie, mais le gouvernement a agi. Bien sûr, Monsieur Le Fur, nous n’avons pas la même lecture.

Il a agi en soutenant financièrement les agriculteurs en difficulté, en complémentarité comme je l’ai dit… Nos plans se concentrant sur la rénovation des bâtiments d’élevage, la formation, l’installation, les prêts d’honneur, mais aussi les soutiens a des systèmes qui rendent plus autonomes nos exploitants agricoles. Nous ne nions pas les difficultés mais chacun doit jouer son rôle et l’essentiel est l’organisation de nos filières, de nos structures…et même de nos coopératives.

Dans un autre domaine d’action, l’emploi et la formation, Le Président Hollande a annoncé un grand plan de formation des demandeurs d’emploi, en laissant le soin aux Régions de le décliner au plus près des territoires. Le Gouvernement, là aussi, a apporté sa contribution financière indispensable à la réussite de ce plan (1 milliard). Ce n’est pourtant pas une compétence de l’État, mais c’était là, et c’est toujours, une volonté politique de faire plus et mieux. En Bretagne, plus qu’ailleurs, la mobilisation de l’ensemble des acteurs (État , Région, Partenaires sociaux) a permis la mise en œuvre du plan, et aujourd’hui nous pouvons annoncer , qu’à la fin de l’année, l’ objectif de 47000 demandeurs d’emploi formés sur l’année 2016 en Bretagne sera atteint : et nous le savons, les demandeurs d’emplois bien formés, améliorent leur chance de retourner très vite dans la vie active. J’aurai l’occasion de revenir sur ce sujet demain…

Concernant le soutien de l’État en Région, je pourrais également citer l’action en faveur des territoires.

Nous l’avons vu encore dernièrement lorsque le Gouvernement, par la voix du Premier ministre d’alors, a annoncé 14 millions d’euros supplémentaires pour les territoires ruraux et insulaires, en précisant que l’État a attribué une dotation supplémentaire de 4 millions d’euros dite dotation communale d’insularité qui bénéficiera aux membres de l’asso Iles du Ponant. Sans oublier le soutien aux métropoles dans le cadre des Pactes Métropolitains d’innovation.

Et puis une note d’optimisme, c’est l’un de mes traits de caractère : Les derniers chiffres de la banque de France le démontrent, notre économie redémarre. Ceux de l’ordre des experts-comptable de Bretagne le confirment, aussi. Les TPE et PME de notre Région affichent une croissance de 2,3 % au troisième trimestre 2016 par rapport à la même période un an plus tôt. Le plan TPE préparé ici en Région va, je n’en doute pas, accentuer cette tendance positive. Nos entreprises ont besoin de notre soutien, dans tous les secteurs bien sur, mais peut-être encore plus dans le bâtiment et ma participation, il y a une semaine à l’assemblée générale de la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat me conforte dans la conviction que ce plan boostera le développement de notre région, parce que attendu par les chefs d’entreprises et adapté à leur situation.

Cette reprise économique n’est pas dûe au hasard mais aux bonnes décisions qui ont été prises depuis bientôt 5 ans par les gouvernements en place et à notre capacité, en Bretagne, à mobiliser les acteurs et à travailler ensemble pour trouver des solutions au service du développement de notre Région. C’est ce que nous avons fait depuis plus de 10 ans et les électeurs ne se sont pas trompés en réélisant brillamment JYLD il y a un an.

Le lancement lundi dernier de la nouvelle Breizh Cyber Valley illustre le positionnement de notre Région sur les secteurs émergents et sa capacité politique à mobiliser les acteurs concernés. La Bretagne a l’opportunité de faire de la cybersécurité une filière émergente et porteuse d’emplois de très haut niveau. Les besoins sont énormes, et pas seulement dans le secteur militaire. Les entreprises, les administrations doivent faire face aux menaces et s’organiser pour se protéger. Elles recrutent et il faut former. Le Pôle d’Excellence Cyber, qui rassemble les entreprises leaders, les chercheurs de nos Grandes Ecoles et Universités, dont le ministre LE DRIAN a inauguré les locaux lundi, ambitionne de faire de la Bretagne un acteur européen et international de premier plan. Le dynamisme de nos chercheurs, la capacité d’innovation de nos entreprises nous autorisent à nourrir de grandes ambitions. Ce n’est pas une utopie : NOKIA à Lannion en est la preuve : c’est de l’activité partout en Bretagne, et pas seulement à Rennes et Brest, c’est aussi Vannes, Lannion… Et bien d’autres sites qui sont concernés par ce développement porteur d’espoir.

La bonne gestion financière depuis 2004 qui permet durant ce mandat de réaliser 2,6 milliards d’investissement, nous permet de travailler dans la sérénité. Permettez-moi à cet instant de citer Pierrick Massiot pour son travail et sa rigueur. La contrainte budgétaire a été anticipée, donc, mais elle est néanmoins forte et croissante (et certains programmes ne semblent pas avoir la volonté de la desserrer, bien au contraire). L’enjeu est bien de préserver nos capacités d’investissement à venir pour continuer à faire face à nos compétences, anciennes et nouvelles. C’est une nécessité pour construire la nouvelle Bretagne, permise par les différentes lois de décentralisation, en dernier lieu la loi NOTRe. Réussir la nouvelle étape de montée en puissance de l’échelon régional est notre responsabilité : 2017, comme 2016, sera une année de renforcement du fait régional… Il appartiendra à notre collectivité, et la collectivité c’est nous tous et toutes rassemblés, de transformer notre intelligence collective en force collective .

Je siège dans cette assemblée depuis 2004. Cette longue expérience, m’autorise sans doute à formuler des vœux, un peu précoces en cette fin d’année, j’en conviens. Un seul me suffit : ce sera celui du rassemblement, du rassemblement pour la Bretagne.

Je parlais de ma longue expérience, d’abord de Maire de ma commune natale pendant un peu plus de 36 ans (fidélité réciproque de mes concitoyens et de moi même, fidélité et longévité qui m’ont construites), et de Vice-présidente du Conseil régional de Bretagne depuis 2004. Rassurez‑vous, je ne resterai pas 36 ans dans cette enceinte même si j’éprouve beaucoup de plaisir à y être !

D’autres aussi ont l’honneur de siéger au Conseil régional depuis 2004, et parfois pour certains bien avant, et cela sur tous les bancs de l’hémicycle. Je pourrais citer le 1er d’entre nous le Président Le Drian, mon ami Gérard Lahéllec, mon voisin de territoire, le député Marc Le Fur, et également Bernard Marboeuf et j’en oublie peut-être. Certains même siégeaient dans une autre assemblée régionale il y a fort longtemps. Mais cette expérience ne doit pas nous faire penser que nous avons raison : la jeunesse est porteuse de créativité, d’innovations et doit enrichir nos débats de questionnements, de regards nouveaux. Comme dans les équipes sportives, et à la veille du championnat du monde de hand, je pense à la plus prestigieuse d’entre elles, les Experts de Claude Onesta et Didier Dinart : sachons accueillir et intégrer les nouveaux talents pour en faire une force, une richesse.

Il y a parfois entre nous des confrontations, des confrontations d’idées, c’est mieux. C’est sain dans la vie politique et c’est la démocratie. Mais nous devons être capable de nous réunir autour de projets pour faire avancer notre territoire, au service des habitants qui y vivent. C’est de manière collective que nous valoriserons les atouts de notre région, c’est de manière collective que nous obtiendrons l’implication et l’adhésion de ses habitants. Le rassemblement, seul, servira le bien commun et défendra l’intérêt général ; le rassemblement, seul, nous fera réussir et fera réussir la Bretagne.

Le Groupe socialiste et apparenté.e.s que j’ai l’honneur de présider apportera sa contribution à la construction de ce rassemblement dans le respect de ses valeurs de solidarité, de justice et d’ouverture. Car oui, le rassemblement se construit et c’est ce que nous faisons lors de l’élaboration de nos schémas, dont Monsieur le Président a parlé, en organisant la consultation, la concertation, étape indispensable pour l’adhésion du plus grand nombre.

Alors travaillons dans la sérénité et le respect  : nous sommes des élus régionaux au service de notre Région. Nous devons porter la vision régionale dans notre action politique quotidienne et nous devons susciter le rassemblement des énergies en vue d’actions communes au service de notre Région.

Les sujets que nous avons à traiter durant cette session sont importants

– L’élaboration de la carte des formations ;

– Le schéma directeur immobilier : acte fondateur de ce début de mandat doit répondre aux exigences qui s’imposent à nous en matière d’accueil des jeunes (accessibilité, sécurité, bien être pour étudier dans de bonnes conditions…). Notre Collègue Isabelle Pellerin apporte son regard neuf et surtout met de la méthode dans ce vaste dossier ;

– La nouvelle politique territoriale : qui intègre la nouvelle organisation territoriale et fait de la solidarité entre les territoires la marque de notre politique. Impulser, soutenir le dynamisme des territoires en respectant leurs personnalités, est l’ambition de notre collègue Laurence Fortin qui apporte son expérience de Maire dans l’animation de cette politique ;

– Et puis le temps consacré au Plan algues vertes démontrera que lorsque la Bretagne est unie, aucun défi ne lui résiste. Et avec la conviction de notre Vice-président Thierry Burlot, tout est possible !

Point commun de ces chantiers : la consultation, la concertation, l’écoute.

Dans la période particulière que nous vivons, n’oublions pas l’essentiel, le bien vivre-ensemble. Il s’agit de préparer l’avenir de la Bretagne et de préserver son unité, dans le rassemblement.

C’est ainsi que nous construirons la Bretagne de demain.

La Bretagne n’est jamais aussi forte que quand elle est unie, volontaire, accueillante, bienveillante, fière d’elle même. C’est en étant fermes sur nos valeurs qui constituent notre bien commun, à nous Bretonnes et Bretons, que nous affronterons le monde avec envie, détermination et réussite.