Ouest-France – 8 juin 2016 – Nadine Paris.

Financé par la Région, le lycée Florence-Arthaud a inauguré hier ses 99 lits, quatre salles multimédia, d’études et son foyer de vie.
Lorsque le nouveau lycée maritime a ouvert à la rentrée, l’internat n’était pas terminé. C’est chose faite depuis février. Les premiers internes ont pu emménager en mars, juste à côté de leur école, rue de la Croix-Désilles.
Ils ne sont pour l’instant que 60, sur les 99 lits proposés, dont trois pour les élèves à mobilité réduite. Mais déjà, l’internat affiche complet pour la rentrée. « Les étudiants étaient hébergés aux lycées Maupertuis et Jacques-Cartier. Pour septembre, nous sommes déjà complets », explique Christian Perron, le directeur du lycée maritime.
Dès l’entrée, un casier permet aux élèves de troquer leurs chaussures contre des chaussons. Les lycéens sont ici pour se détendre, dormir et travailler. Au rez-de-chaussée, une travée est réservée aux filles et trois autres aux garçons, âgés de 14 à 21 ans. Ils sont séparés par un sas, seulement franchissables par les premières.

1 200 € tout compris

Chacune des 24 chambres est occupée par quatre jeunes, qui disposent d’un lit, d’un bureau et d’une petite armoire. Les sanitaires et les douches sont à l’extérieur de la chambre. « Il n’y a pas de wifi, ici. Ils peuvent utiliser leurs ordinateurs dans l’une des quatre salles multimédia de l’internat. » Quatre autres salles, sans informatique, sont réservées à l’étude, et un foyer de vie est équipé d’un baby-foot et d’une télévision. « L’étude est obligatoire de 19h30 à 20h30, et quatre surveillants sont présents le soir. »
Le prix de l’internat s’élève à 1 200 € pour l’année. Il comprend l’hébergement et la restauration, matin, midi et soir. L’étage accueille quatre logements de fonction : deux pour des cadres du lycée et deux pour le personnel de la Région, chargés de la maintenance.
La construction de l’internat répond aux mêmes normes que le lycée. Il est chauffé par une chaudière à bois, la chaleur récupérée des eaux usées et le solaire thermique. Le sol est en caoutchouc, la peinture des murs et le vernis des fenêtres sont sans solvant, et le mobilier ne dégage pas de colle.