Je suis content !

Content d’être avec vous pour ce baptême : on fête la mise à l’eau de la Breizh Cop aujourd’hui !

Il y a eu d’abord l’inspiration, puis la conception d’un projet qui se base sur les réalités du village-monde dans lequel nous vivons et que nos intervenants nous ont brillamment exposées. La donne change, nous devons faire avec de nouvelles règles de course. On n’a pas le choix, sinon on coule et il ne faudra pas venir se plaindre après…

Maintenant c’est le début de l’aventure qui commence. Une aventure qui doit être collective.

Imaginons que la Bretagne soit un bateau. Cap à l’ouest, parfaitement positionné en tête de l’Europe. D’habitude l’équipage du Conseil régional se réunit à l’arrière dans le cockpit, à Rennes. Aujourd’hui nous sommes toutes et tous sur la plage avant, à la manœuvre. Et il y a du boulot.

Alors notre première mission est de recruter le plus grand nombre de Bretonnes et Bretons pour avancer.

Il y a déjà des convaincus, prêts à embarquer. Oh Il y a aussi ceux qui ne veulent pas bouger, qui sont contre par principe. Et il y a tous ceux qui s’interrogent, qui pensent ne pas savoir comment s’y prendre, qui sont un peu timides. A nous de leur faciliter l’embarquement. Aider à oser, innover, penser différemment. Continuer à écrire ensemble les règles qui diront qu’en Bretagne l’homme et la Nature peuvent vivre en harmonie. Fabriquer un modèle vertueux qui créera d’autant plus d’attractivité sur nos territoires.

Il nous faut aider à faire connaître ces équipiers inventifs, créatifs, qui font bouger les lignes. Ils font déjà sur notre territoire le monde de demain. Les mettre en avant c’est entraîner une spirale vertueuse, virale, c’est créer la Fête aux bonnes idées. Et qui n’aime pas faire la fête ?

Pour qu’un navire soit performant, il faut une belle carène. C’est la richesse de notre littoral fragile. Là aussi il y a du travail à inventer les nouveaux usages, le partage des espaces, la connaissance du milieu.

Et là aussi les choses bougent, les dynamiques citoyennes dans l’observation et la science participative en sont un bel exemple. Aidé par les progrès du numérique, des communications, de nouveaux rapports se créent avec les scientifiques et les spécialistes. Les échanges sont transverses, horizontaux, et plus verticaux. Tous les matelots peuvent apporter leur savoir.

Un bel équipage, une belle carène. C’est pas mal. Et pour aller loin ensemble nous avons un autre atout : les ressources dans les cales. Le vert du Glaz. Olivier Alain nous rapporte la rapidité des évolutions dans le secteur agricole, ça bosse dans les soutes !

Bien sûr il reste du boulot, mais là aussi les initiatives innovantes sont nombreuses. Produits de qualité, circuits courts = relations sociales = moins d’antidépresseurs vendus !

Autant de petits ruisseaux qui font des grandes rivières, dont il faut au passage souligner l’amélioration de la qualité des eaux, mais Thierry Burlot en parle tellement mieux que moi, je n’en dis pas plus.

Et puis nous avons la Mer. Dont on dit qu’elle est l’avenir de l’homme. Je ne vais pas m’étendre sur toutes les compétences humaines cumulées dont la Bretagne dispose. Mais pour moi la Breizh Cop doit aussi nous aider à la regarder sous un autre angle que celui de la consommation des ressources.

C’est quoi la Mer pour nous ? Le morceau de poisson acheté au supermarché ? La serviette étendue sur le sable ? L’apéro au ponton ? Les vilaines éoliennes qui vont défigurer l’horizon ?… C’est sans doute un peu de tout ça, mais c’est pourtant tellement d’autres choses !

La Breizh Cop nous aidera à prendre conscience de l’ensemble de tous ces écosystèmes interdépendants. Tout est en tout. Les Bretons ont montré qu’ils sont de bons marins et de bons terriens. La Breizh Cop va les aider à devenir les meilleurs Merriens.

Je vous le disais au début de mon propos, je suis content.

Content d’avoir visité la semaine dernière lors de son inauguration le nouveau bâtiment de la laiterie Triballat à Noyal. Construit en béton préfabriqué de chanvre et chaux, une première mondiale. Un exemple d’innovation, de bon sens et de la volonté d’un patron qui porte des valeurs, et qui prouve que c’est possible de faire autrement.

Content de voir à Concarneau le projet Plastic Odyssey dans notre base Explore, une troupe de jeunes ingénieurs passionnés venus des 4 coins de France qui mettent au point le catamaran démonstrateur qui produira son carburant à base de déchets plastiques, et qui diffuseront le concept pour aider à créer des petits modèles économiques vertueux.

Content de côtoyer beaucoup de belles énergies au sein de notre territoire, et d’apporter ma goutte d’eau pour faire Bretagne ensemble.

Seul le prononcé fait foi