Inauguration du lycée maritime Florence Arthaud à Saint-Malo, projets immobiliers pour faire face à la croissance démographique, carte des formations professionnelles initiales, équipements pédagogiques, projets éducatifs, aides aux familles, approvisionnement des selfs en produits de qualité… : la Région consacre chaque année près de 280 M€ à sa compétence « lycée », afin de contribuer à la réussite des quelque 141 000 lycéens bretons.

Un nouveau lycée maritime exemplaire en matière d’éco-construction

L’inauguration du lycée maritime Florence Arthaud à Saint-Malo sera le moment fort de cette rentrée 2015-2016. Le 1er septembre, c’est dans un établissement flambant neuf, exemplaire en matière d’éco-construction et de qualité énergétique, que les 206 lycéens se préparant aux métiers de la mer ont été accueillis. La Région, qui a consacré 25 M€ à ce nouvel équipement, espère permettre ainsi, dans les meilleures conditions, le développement des formations maritimes en Bretagne.

Après son inauguration officielle le 4 septembre, une journée portes ouvertes y est organisée le samedi 12 septembre pour le grand public.

Des solutions, d’ici à 2020, pour anticiper la montée en effectifs des lycées bretons

Depuis 2012, la Bretagne voit sa population lycéenne augmenter de manière exponentielle (+8,4 % d’élèves d’ici à 2021). Pour anticiper cette croissance, la Région, en lien avec le Rectorat, a choisi, dès que les sites le permettent, d’optimiser les capacités d’accueil des lycées des secteurs concernés, en particulier dans l’agglomération rennaise. Elle consacre à ces adaptations un budget conséquent (67 M€ d’ici 2017 pour Rennes).

Travaux d’extension, évolutions de l’offre de formation dans certains établissements, ajustements de la carte scolaire… : tout est mis en œuvre pour apporter des solutions rapides, tout en respectant les valeurs chères à la collectivité : mixité sociale, mixité filles/garçons, cohérence territoriale et fluidité des parcours.

Exemple aux lycées Pierre Mendès-France, à Rennes, et Théodore Monod, au Rheu, qui, tous deux, évoluent progressivement pour devenir polyvalents. Parallèlement, l’implantation d’un nouveau lycée à Liffré, à l’horizon 2020, se prépare.

La Région, en charge de la carte des formations professionnelles initiales

Cette rentrée 2015 est aussi la première pour laquelle la Région exerce sa nouvelle compétence en matière de définition de la carte des formations professionnelles initiales. Répondre aux attentes des jeunes tout en satisfaisant les besoins des filières et entreprises bretonnes, tel est l’enjeu de cette mission essentielle, confiée par la loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013.

En étroite collaboration avec les branches professionnelles, la Région définit une carte des formations qui réponde à un double enjeu : d’une part, garantir l’accès à un premier niveau de qualification pour tous, favoriser les poursuites d’études et les passerelles entre formations ; d’autre part, favoriser le développement économique des territoires. Exemple en Centre Bretagne où la forte densité de parcs éoliens est à l’origine de la création d’une nouvelle option éolien en BTS maintenance des systèmes au lycée Fulgence Bienvenüe de Loudéac.

On peut noter aussi, au sein de cette première carte pilotée par la Région, 13 ouvertures de sections et 4 augmentations de capacité d’accueil.