Les élu.e.s breton.ne.s réunis au sein de la CTAP – Conférence Territoriale de l’Action Publique – ainsi que l’ensemble des président.e.s des intercommunalités, ont adressé une lettre ouverte au Président de la République sur les enjeux d’accessibilité de la Bretagne. A travers cette démarche historique, la Bretagne démontre une nouvelle fois sa capacité à se rassembler autour d’un enjeu essentiel pour le développement de ses territoires.

La Bretagne est une terre singulière, fière de son histoire et de ses cultures, à l’aise avec ses identités multiples, bretonne, républicaine et européenne. Une terre de dialogue, où tant de grands projets, de politiques publiques et d’idées sont le fruit des échanges entre les élu•e•s, les membres de la société civile et l’État en Région, dans le respect des prérogatives de chacun. Notre capacité historique de rassemblement est un actif capital, assurant une cohésion tout autant qu’une capacité collective à nourrir des ambitions et à bâtir des compromis.

Forte de ses caractères et de sa culture du dé- bat, résolument solidaire pour répondre aux enjeux, la Bretagne a été pionnière en matière de coopération intercommunale et de décentralisation. La Bretagne, en ces domaines, a toujours assumé ses responsabilités. C’est dans cet esprit que nous avançons des idées nouvelles, pragmatiques et concrètes, pour répondre aux annonces de pactes girondins avec les territoires de France. L’équilibre de son territoire, la mer, la pêche, l’agriculture, le numérique, l’économie toute entière, l’innovation sociale, la santé, le logement, les solidarités, les langues, les transitions environnementales et climatiques… les sujets ne manquent pas. Les idées non plus.

Aujourd’hui, après la décision d’arrêt du projet structurant de Notre Dame des Landes, le sujet sur lequel nous attendons des engagements est celui de l’accessibilité. L’accessibilité globale, en Bretagne pour les mobilités du quotidien et, depuis toute la Bretagne, pour rejoindre Paris, l’Europe et le Monde. Une accessibilité qui, les projections nous le montrent, est vitale pour l’avenir.

« Ce combat pour l’accessibilité de la Bretagne est historique,
aussi historique que son incomparable situation péninsulaire,
c’est une condition du progrès social et économique »

Ainsi, les élu•e•s des collectivités de Bretagne, unanimes, ont affirmé dès février les quatre points du pacte d’accessibilité sur lesquels ils attendent des engagements forts. Des réponses concrètes et rapides, mais également des ambitions plus lointaines qu’un horizon de mandat. Des solutions sont proposées, en confortant les aéroports de Bretagne (Rennes, Dinard, Brest, Quimper et Lorient) dans leurs vocations, en poursuivant sans interruption les travaux de la RN 164 cofinancés par la Région et l’État et en accompagnant l’accélération de la fibre assumée par les collectivités Bretonnes.

Et pour ce qui concerne le fer, il est impératif de réaffirmer l’objectif de mettre Brest et Quimper à 1h30 de Rennes et à 3h de Paris.Cela prendra du temps, nous le savons. C’est pour cela qu’il convient d’engager dès maintenant l’amélioration de la desserte ferroviaire de toute la Bretagne, par la pleine exécution des pro- jets ferroviaires existants permettant la mobilité du quotidien, par de premières actions concrètes et rapides pour sécuriser les temps de parcours et gagner de précieuses minutes. Nous affirmons aussi que la nécessaire modernisation de la liaison ferrée Rennes-Nantes, prévue dans le projet global dont NDDL faisait partie, doit être réalisée et devra intégrer Redon afin de bénéficier ainsi à tout le sud Bretagne. Enfin, alors que les conditions d’exploitation des lignes vont évoluer, il est impératif de sécuriser la desserte par TGV de la pointe Bretonne, au-delà de Rennes.

Ce combat pour les mobilités des personnes, des biens et des données n’est pas un com- bat du passé, c’est un combat pour demain, un combat pour l’économie, un combat pour permettre aux Bretonnes et aux Bretons de vivre ardemment leur vie dans ce monde qui se transforme et pour y apporter leur contribution, par leur créativité, par leur action, un combat pour le développement et pour l’égalité des citoyennes et des citoyens.

Monsieur le Président de la République, voilà résumé notre état d’esprit et notre ambition commune pour la Bretagne, au-delà de nos différences, et voici en quelques mots notre participation positive aux débats du moment et les sujets sur lesquels nous attendons de vous des engagements puissants au service des territoires.

Degemer mat e Breizh !
La boune arive en Bertègn !

Télécharger la Lettre ouverte au Président de la République