Maîtrise de la demande, développement des énergies renouvelables, sécurisation de l’alimentation électrique : « triskell électrique » en trois axes, le «pacte électrique breton» adopté par le Conseil régional hier repose sur une approche nouvelle de la question énergétique. Sur bretagne.fr : retrouvez dès la semaine prochaine les débats de cette session spéciale en différé.

La Bretagne souffre aujourd’hui d’une alimentation électrique insuffisante au regard de sa croissance démographique. Pour réduire sa dépendance énergétique et garantir à ses habitants une alimentation constante partout, le Conseil régional a adopté son projet de «pacte électrique breton», à l’issue de sa session spéciale. Décliné dans un plan concret d’actions autour de ses trois grandes orientations, le pacte électrique breton sera mis en oeuvre en partenariat avec l’Etat, ses établissements publics (Ademe, Anah) et Réseau de Transport d’Electricité. Avec des objectifs ambitieux dans chacun de ses trois axes de ce «triskell électrique »: économie de consommation,  production d’énergie renouvelable, sécurisation de l’alimentation. Cette première étape sera mise en oeuvre, avec la volonté de la compléter ou de la renforcer à mesure de son avancement. Lors de la session, il a également été décidé la création d’un groupe de suivi de la question énergétique en Bretagne.

  • Le déploiement massif des énergies renouvelables
    Toutes les filières seront mobilisées (éolien terrestre et offshore posé et flottant, énergies marines, photovoltaïque, biomasse…) pour augmenter la production électrique de la Bretagne (34 % d’autonomie à l’horizon 2020, contre 8,5% aujourd’hui). Objectif
    : une puissance installée de 3 600 MW en 2020 (quatre fois plus qu’aujourd’hui).
  • Un ambitieux programme de maîtrise de l’énergie
    Un programme conduit avec l’Ademe et l’Anah permettra de renforcer la rénovation thermique dans les logements privés et sociaux et de porter des actions de maîtrise de la demande d’électricité au plus près des collectivités, entreprises et particuliers. Objectif :
    diviser par deux puis trois la croissance de la consommation bretonne d’électricité à l’horizon 2015 (- 950 GWh), puis 2020(- 1 200 GWh), de 2,6 % par an aujourd’hui à environ 1 % en 2015.
  • La sécurisation de l’approvisionnement électrique
    Il passera par une solution globale de
    renforcement du réseau de transport de l’électricité : création d’un filet de sécurité d’ici 2018 ;  liaison souterraine de 225 kV entre Lorient et Saint-Brieuc ; mise en place d’un moyen de production d’appoint de type centrale cycle combiné gaz d’une puissance d’environ 450 MW dans l’aire de Brest, à l’horizon 2015. En parallèle, le Pacte préconise l’expérimentation à grande échelle de réseaux électriques intelligents permettant un meilleur équilibre consommation-production et le stockage de l’énergie.