Session du 18 octobre 2018
Evolution des mesures d’accompagnement des stagiaires de la formation professionnelle

 Intervention de Laurence Duffaud

 Monsieur le Président, Madame la Vice-Présidente

Cette proposition de mise en œuvre d’une nouvelle aide d’accompagnement au projet de formation n’est en rien anecdotique pour les bretons et bretonnes qui souhaitent entrer en formation demain,  comme vous le soulignez Monsieur le Président, j’espère que vous voilà rassuré Monsieur le Fur.

Ce changement est motivé, comme vous le rappeliez , Madame la Vice-Présidente, a répondre à différents enjeux :

  • une enjeu de solidarité par rapport à un ancien système qui ne permettait pas de tenir compte de la situation personnelle et financière du stagiaire
  • un enjeu de visibilité en permettant facilement au stagiaire d’identifier avant l’entée en formation le montant de son indemnisation mais surtout le montant des aides à la restauration et au transport/hébergement qui sont revalorisés pour les personnes éloignées de plus de 15km et qui seront dans ce nouveau dispositif,   octroyées à tous et toutes et non plus à la demande
  • un enjeu de qualité accrue en diminuant le délai du 1er versement

Ce changement vise également à faciliter l’accès en formation aux personnes les plus précarisées et donc les plus éloignées de l’emploi, enjeu important pour notre Région.

En effet, pour ceux qui ne bénéficiaient pas ou peu d’indemnisation de Pôle Emploi, soit les publics n’ayant pas ou peu travaillé ou les demandeurs d’emploi de plus de 2 ans ; leur rémunération dans l’ancien système variait de 130,34 euros pour les moins de 18 ans à 401,09 € pour les + de 26 ans voire 652,02 euros pour un parent isolé.

Ces montants, peu incitatifs quand on doit subvenir à ses besoins propres ou à ceux de sa famille, sont dissuasifs pour  une entrée en formation longue car les personnes peuvent préférer rester dans  le cercle vicieux d’emplois  courts et précaires.

Avec ce nouveau système, demain , l’aide socle sera de 380 euros et pourra aller jusqu’à 930 euros pour les personnes les plus éloignées de leur lieux de formation et ayant un QF < 600.

Évidement Madame la Vice-Présidente, tout changement de système peut amener à la marge que certains stagiaires perdent en rémunération par rapport à l’ancien système, nous en avons conscience.  Mais ce qui nous guide c’est l’amélioration pour le plus grand nombre de l’accès à la formation et la sécurisation des parcours.

Sortir la rémunération des stagiaires du code du travail aura également d’autres avantages pour les stagiaires que vous soulignez Madame la Vice-Présidente: En effet, cette indemnité

  • sera non imposable
  • sera cumulable avec les minimas sociaux
  • permettra une validation plus favorable du nombre de trimestres pour la retraite grâce au système des trimestres assimilés

Madame la Vice-Présidente, soyez assurée, comme le CESER nous y invite, à  notre mobilisation à vos côtés pour suivre les impacts de ce nouveau système.