Le Télégramme – 13 juillet 2017 

Eolfi, l’entreprise qui porte le projet de parc éolien flottant au large de Groix, s’ancre à Lorient. Après Marseille et Taïwan, elle a ouvert une agence à la Base des sous-marins, qui emploie actuellement deux personnes. À terme, dix salariés devraient y travailler.

« Eolfi est présent à Lorient sur le long terme. Il y aura d’autres emplois chez nous et nos partenaires », a déclaré, hier, Nicolas Paul-Dauphin, le directeur général d’Eolfi, lors de l’inauguration de son agence. La proximité du futur site d’éolien flottant, au large de Groix (1), explique cette implantation. Les autorisations sont en cours.

« Le nouvel eldorado de la Bretagne »
La construction des quatre éoliennes et leur installation sont prévues pour 2020. Une perspective qui ouvre un large horizon industriel.
« C’est une étape importante. C’est le début de la partie visible pour la population, a ajouté Loïg Chesnais-Girard, le président de la Région. La Bretagne est à la pointe des énergies renouvelables. L’éolien flottant est le nouvel eldorado de la région. C’est le démarrage d’une grande filière industrielle qui doit se développer en Bretagne. L’aventure commence dans ses bureaux ! » Norbert Métairie, le président de Lorient Agglomération, y voit aussi une source d’emplois pour le territoire. « Nous entrons dans une phase de concrétisation des projets d’éolien offshore que nous soutenons depuis de nombreuses années. Ces projets sont des leviers de la transition énergétique locale avec une production qui alimentera le Morbihan. Ils sont aussi générateurs d’un potentiel d’emplois qualifiés ».

Raccordement à Plouharnel
Il est vrai que le projet est d’envergure. Il représente 200 M¤ d’investissement et mobilise plusieurs sites industriels dans le Grand Ouest. Les mâts et les pales seront construits à Cherbourg depuis un site de production en cours de réalisation. Les nacelles seront fabriquées à Saint-Nazaire sur le site d’Alstom. Enfin, les flotteurs seront construits par Naval Energies (ex DCNS) et Vinci, à Brest. Toutes les pièces seront ensuite assemblées au port de Brest, puis les éoliennes seront remorquées jusqu’au site d’implantation entre Groix et Belle-Île.
« Le câble sous-marin pour acheminer l’énergie produite par les éoliennes débouchera sur le secteur de Kerhillo, à Erdeven. Il sera raccordé au poste électrique de Kerhellegant, à Plouharnel », précise Lise Gros, chargée de projet à l’agence de Lorient. La production des quatre éoliennes est estimée à 24 mégawatts. « Cela représente 70 % de la consommation de Lorient, hors chauffage », souligne la chargée de projet.

Plus loin, plus hautes et plus puissantes
Le pays de Lorient se positionne comme tête de pont du développement international de cette nouvelle technologie, qui devra d’abord démontrer sa fiabilité au large de Groix. « Nous sommes les seuls sur la partie océanique en France. Les autres fermes expérimentales s’implanteront en Méditerranée. C’est une porte sur le marché mondial (2), rappelle Christophe Chabert, le directeur du développement Grand Ouest. Au large, nous pouvons construire des éoliennes plus hautes et plus puissantes ».