Loïg Chesnais-Girard – Président de la Région Bretagne – Photo : E.Pain

DISCOURS DE MONSIEUR LOÏG CHESNAIS-GIRARD, PRESIDENT DE LA REGION BRETAGNE AUX ELUS REGIONAUX

Rennes, le 20 juin 2019

Cher.e.s collègues,

Pour ouvrir notre session, je vous propose de rendre plusieurs hommages.

D’abord à Claude Champaud : homme politique breton, conseiller régional et général, fondateur du club des Trente, universitaire émérite, Président élu de Rennes 1.

Ensuite Yann-Fañch Kemener : il était une voix, celle des chants et contes qu’il avait collectés mais aussi celle de cette force bretonne qu’il avait su incarner avec un savoir universel puisé dans nos racines. Artiste complet, humain qui manque aujourd’hui à beaucoup et à la Bretagne.

Enfin, un hommage que nous devons aux bénévoles du sauvetage en mer. Ils sont nombreux en Bretagne à sortir en mer lorsque d’autres rentrent aux ports. A eux qui savent qu’une mer démontée est dangereuse au point parfois de ne jamais en revenir, à ceux qui ont laissé leur vie aux Sables d’Olonnes, je souhaite que nous adressions nos remerciements et nos pensées émues. Et je vous annonce que lors de mon échange suite à ce drame avec le Président de la SNSM, Xavier de la Gorce, je lui ai proposé que la Bretagne accueille les premières assises du sauvetage en mer.

Pour ces trois raisons je vous propose une minute de silence. Je vous remercie.

Cette 10ème session du mandat est particulière.

Il y a deux ans, vous m’élisiez Président, depuis nous avons mené à bien beaucoup de projets au service de la vie quotidienne des Bretonnes et des Bretons :

• L’accélération du déploiement de la fibre, pour tous, partout,
• L’affirmation de nos ambitions dans le domaine du bien manger dont les premiers résultats

arrivent : quand MHK fait le choix de reconstruire son usine à Landivisiau, c’est parce qu’il veut être sur le territoire du bien manger à cette occasion. Je veux redire la force de notre agriculture et de notre agroalimentaire, qui ne doivent pas tolérer les « magouilleurs de la viande hachée » car nous sommes et serons demain le garde-manger du bien manger,

• L’engagement pour le climat et la biodiversité avec la BreizhCOP et le succès que nous venons de connaître à Saint-Brieuc. Loin des clichés et des discours dépassés, la Bretagne a engagé sa transformation et le fait collectivement.

  • Le lancement du réseau BreizhGO et la reprise en responsabilité des transports scolaires, sans oublier la convention que nous évoquerons tout à l’heure et qui confirme que le sujet du ferroviaire est global et pas négociable par petit bout.
  • La signature d’un contrat d’action publique et d’une nouvelle étape sur l’accessibilité qui reconnaiissent les spécificités bretonnes et nous donnent des nouveaux pouvoirs, avec ce contrat d’action publique, tout ne sera plus décidé à Paris.
  • Le vote de l’amendement pour le forfait scolaire pour les écoles bilingues. Une avancée supplémentaire pour le développement des langues de Bretagne.
  • Le renforcement du rôle économique de la Région avec les dossiers Doux, D’Aucy mais aussi avec le PASS commerce artisanat et les partenariats avec les EPCI : la Région est au cœur de l’économie bretonne, nous sommes allés sur ce sujet comme sur d’autres bien au-delà de ce que la loi proposait.
  • Et si cela n’explique pas tout, nous pouvons nous féliciter d’être dans une région qui inaugure ou annonce des usines quand d’autres régions françaises continuent d’en perdre : SILL à Landivisiau, « Chateaulin 2 », 5 degré ouest, la Brasserie de Groix, Guy Cotten pour en citer quelques unes. Notre région est à la pointe de l’industrie, de l’innovation, du numérique et de la solidarité, l’ensemble en fait un territoire attractif, qui connaît le plein emploi sur certains territoires.
  • Enfin, je veux terminer par les moyens massifs que nous avons mis sur la formation et l’orientation. 573 millions d’euros avec l’Etat pour former 91 000 personnes éloignés de l’emploi sur les 4 ans qui viennent. Derrière ces chiffres ce sont des hommes et des femmes que nous accompagnerons sur le chemin de l’emploi, que nous aiderons à retrouver leur place dans la société, et de l’autre ce sont des entreprises qui trouveront des nouveaux profils et pourront embaucher.Je ne ferai pas la liste exhaustive des actions menées depuis deux ans mais ces réussites changeront la vie des Bretonnes et des Bretons, c’est bien la finalité de notre action.Cette session est particulière, cher Pierre Karleskind, car c’est celle où je perds un vice-président. Mais moment aussi où la Bretagne et notre hémicycle gagnent un parlementaire européen, et à cette occasion je vous félicite pour votre élection.Je félicite aussi l’ensemble des candidates et candidats aux européennes présents dans cet hémicycle. Ils sont plusieurs et c’est bien le signe que l’Europe est notre horizon pour la majorité d’entre nous.

    Session particulière aussi car les zones de turbulences sur la pêche et globalement les sujets maritimes sont nombreux et seront nombreux dans les mois qui viennent. J’ai donc décidé de m’impliquer pleinement dans les sujets liés directement ou indirectement aux négociations du Brexit sur la pêche, aux négociations sur les concessions portuaires et donc d’assumer directement la délégation à la mer et aux infrastructures portuaires.

    C’est un choix important dans une période importante. L’enjeu est fort, et nous devrons cher Pierre, vous à Bruxelles et moi en Bretagne, user de tous nos réseaux et de tout notre engagement pour traiter ces sujets, sans oublier les conseillers régionaux impliqués dans nos ports de Bretagne ou sur les enjeux d’EMR, d’infrastructures ou de dessertes de passagers.

    Aux pêcheurs bretons, je souhaite leur dire mon total engagement pour faire entendre la voix de la Bretagne, pour peser dans les débats en cours et futurs. Je serai d’ailleurs à leur coté le 26 juin prochain où avec Olivier Le Nezet nous allons balayer l’ensemble des sujets et dans le contexte incertain poser les bases de ce que nous souhaitons pour l’avenir de la pêche en Bretagne.

    Session particulière aussi, et enfin, parce que le contexte politique et institutionnel est mouvant. Dans ce moment si particulier revenons sur ce qui a toujours fait la force de la Bretagne et donc aussi de cet hémicycle : faisons des propositions, soyons les postes avancés de l’innovation territoriale pour un meilleur service aux citoyens, aux entrepreneurs, aux territoires. Nous avons su le faire par deux fois, avec le Pacte d’avenir et dernièrement le Contrat pour l’action publique. Nous allons aussi le continuer avec nos propositions sur la fiscalité locale qui pour certaines propositions seront transmises au Premier ministre en lien avec le travail sur la différenciation que nous avions fait.

En lien direct avec les réflexions que nous avons mené, je sais que d’autres travaux aussi sont en cours pour faire Bretagne ensemble et autrement, que l’on appelle cela collectivité unique ou Assemblée de Bretagne, j’ai toujours dit ma disponibilité et d’ailleurs en 2014 j’ai soutenu avec beaucoup d’entre nous Pierrick Massiot sur ce sujet. Donc ce n’est pas nouveau et ma ligne est la même : trouvons des solutions pour rendre un meilleur service aux Bretonnes et Bretons, ne nions pas la complexité de ces sujets, engageons sans tarder les transitions nécessaires, renforçons le pack breton.

Cette session est une session de travail, de mise en œuvre concrète d’engagements pris au service de la culture, de l’emploi, de la lutte pour le climat.

Sur la culture, c’est la mise en place de notre nouveau plan pour développer le cinéma et l’audiovisuel en Bretagne et notre nouveau plus pour les métiers d’arts et le patrimoine breton.
J’avais fait de la création l’une de mes priorités, ces deux dossiers en sont l’une des mises en œuvre. Nous engagerons 24 millions d’euros pour développer cette filière et l’accompagner pour que la Bretagne soit sur la carte du cinéma mais aussi des nouveaux usages, Netflix et autres acteurs doivent savoir que nous avons toutes les compétences pour garantir le succès de leur création et nos créateurs doivent savoir que nous les considérons comme des hommes et des femmes essentiels à l’identité de notre région et son développement.

Sur les métiers d’arts et le patrimoine, nous avons revus nos objectifs après le drame de l’incendie de notre dame de Paris. Je souhaitais proposer un financement exceptionnel mais la solidarité des français et au-delà a dépassé les espérances. Le sujet n’est donc plus de faire un énième chèque mais plutôt d’avoir les compétences pour reconstruire. Les moyens que nous mettons par exemple sur la formation est donc notre réponse. Ils s’inscrivent dans ce que nous faisons déjà pour préserver et restaurer le patrimoine breton. Je veux notamment rappeler tout l’engagement de notre collectivité avec nos partenaires mais aussi avec les Bretons qu’ils soient simples donateurs, mécènes ou participants à nos actions sur le terrain au service de notre patrimoine.

Sur la lutte pour le climat et la biodiversité, j’ai fait des annonces à Saint-Brieuc il y 10 jours, en voici les premières mises en œuvre avec le plan énergie lycée et avec le plan ressources.
Dans nos lycées, l’investissement sera massif avec 20 millions d’euros de plus tous les ans dédiés à la transition. L’objectif est à la fois la baisse des consommations mais aussi la hausse de la production d’énergie. Nous devons être exemplaires nous-mêmes avant de demander à toutes les bretonnes et les Bretons de prendre des engagements.

Sur les déchets, il nous faut éliminer l’idée même de déchets comme nous y a invité Tom Szaky, lors de la dernière édition de 360 possibles. Les Bretons sont les champions du tri. C’était un premier défi et désormais nous sommes prêts à aller plus et à viser le zéro enfouissement pour aller ensuite vers le zéro déchet.

Sur les sujets de l’eau, du foncier agricole, des centralités, les équilibres territoriaux ou la contractualisation avec les intercommunalités nous avons avancé avec les élus, associations et syndicats sur des ambitions claires, nous y reviendrons dans les mois à venir dans nos différentes politiques.

Loin des débats politiciens qui ont achevé d’épuiser nos concitoyens, notre assemblée régionale prend des décisions de fond qui changent le quotidien, et nous pouvons en être fiers autant que nous devons faire preuve d’une grande humilité.
Les résultats des élections européennes ont généré commentaires et conclusions définitives des uns et des autres. Je souhaite qu’au final et pour l’image de la démocratie régionale nous soyons sur le débat des valeurs, chacun avec nos lignes politiques, nos horizons à atteindre mais toutes et tous conscients que les enjeux nous dépassent. Pensons à ceux que nous servons, ces hommes, ces femmes, ces enfants qui vivent dans nos villes et nos campagnes, gardons à l’esprit ces visages à chaque instant.

Nous avons cette capacité en Bretagne à nous engager pour notre région, à faire de la Bretagne notre horizon, c’est ce à quoi je me destine et c’est ce que sera ma seule ligne de conduite.

Je vous remercie.

– Seul le prononcé fait foi –