Ouest-France – 5 juillet 2017

Un chantier d’extension a été entrepris sur l’un des deux sites de l’école, en bas de la commune. Deux classes ont notamment été créées.

L’extension de l’école publique a divers objectifs. D’abord, depuis toujours, elle fonctionne sur deux sites, l’un en haut du bourg sur la rue Julien-Théaudière (Après guerre : école laïque des garçons, trop exiguë. Et l’autre en bas (autrefois école laïque des filles), sur la rue en pente douce des cerisiers, entre Coësmes et Sainte-Colombe, commune distante d’environ… 200 mètres et sans école.

Vers un regroupement
Ce chantier bordant le bourg historique au regroupement, à terme, et au développement du groupe scolaire dénommé Le Temps des cerises, vers cette rue des… Cerisiers.
« Il est aussi la résultante d’un long travail municipal visant à anticiper le développement de notre commune », a souligné le maire de Coësmes, Luc Gallard, lors de l’inauguration de cette extension, samedi 1er juillet.
« De plus nous avons tenu compte de l’évolution démographique des deux communes Coësmes et Sainte-Colombe dont l’objectif est de 1 800 habitants dans moins de 10 ans, et plus de 2 000 avec Sainte-Colombe. L’urbanisation émanant de la refonte du plan local d’urbanisme est également prise en compte », s’est exprimé le maire de Coësmes, Luc Gallard, au cours de cette inauguration.

Une extension à la mesure des besoins
Ce gros dossier a abouti à la création de deux classes de 55 m2 à 60 m2, d’une salle de dédoublement de 20 m2, puis d’une cour avec sanitaires évolutive dans le temps, utilisables par les enfants de maternelles.
« C’est un équipement pouvant autoriser une connexion et une complémentarité de service vers le regroupement éducatif. Voire vers l’implantation d’une nouvelle cantine collective au lieu de deux actuellement. »