Conseil régional de Bretagne
Session des 13 et 14 décembre 2018

Soutenir la mobilité européenne et internationale des jeunes bretons – Bilan et perspectives

Intervention d’Evelyne Gautier-Le Bail

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Je voudrais tout d’abord souligner le bilan positif des travaux engagés, depuis plusieurs années, conjointement par la Région Bretagne et les acteurs de la mobilité européenne et internationale. C’est en concertant largement que nous avons amélioré les dispositifs existants et fédéré les acteurs. L’accès à l’information a été facilité et le nombre de jeunes bénéficiant des programmes de mobilité a augmenté, comme cela a été souligné par Madame la Vice-Présidente.

Les nouvelles perspectives à l’horizon 2018 – 2020 visent à faciliter plus encore l’égalité d’accès, la lisibilité des dispositifs, la mise en réseau des acteurs et l’accompagnement coordonné par la plateforme.

Aux exemples mentionnés par mes collègues, j’ajouterai l’exemple de l’inclusion des personnes jeunes en situation de handicap. La volonté d’améliorer l’accessibilité des dispositifs de mobilité à tous s’est déjà traduit par l’édition d’un livret-guide intitulé « Partir en fauteuil, c’est possible ! ». C’est un exemple concret qui a été réalisé en lien avec les acteurs spécialisés dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap et les acteurs de la mobilité internationale.

L’égalité d’accès à la mobilité de toutes et tous, quel que soit le territoire, la situation scolaire ou personnelle, est un engagement majeur dans l’accompagnement des parcours des jeunes.

C’est aussi pour cela que je souhaitais souligner le travail mené par la Région Bretagne, avec ses partenaires, à travers ERASMUS+ qui est consacré à la mobilité notamment des apprentis. Alors vous le savez son homologue dédié à la mobilité des étudiants est très largement connu. Il a été mis en lumière depuis longtemps, et je pense qu’ERASMUS+ ne bénéficie pas encore de la même connaissance par nos concitoyens.

Accompagner tous nos jeunes dans leur mobilité, comme vous l’avez dit, Madame la Vice-Présidente, c’est valoriser leur parcours de formation mais c’est aussi leur permettre un épanouissement et un enrichissement personnel. Les témoignages de jeunes recueillis sont unanimes sur les bénéfices de cette expérience.

Chaque année, j’assiste à la présentation des exposés qui sont faits par une vingtaine de jeunes du milieu rural qui sont scolarisés à la Maison Familiale et Rurale de Fougères en classe de 1ère Bac Pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole. Ces jeunes partent dans un autre pays de l’Union européenne découvrir un autre espace productif, un autre système de production, un autre système économique mais aussi une autre culture. C’est un séjour qui leur permet de gagner en autonomie et en maturité. Ces stages peuvent s’organiser grâce à un partenariat des écoles d’agriculture et grâce à un réseau d’exploitants construit depuis plusieurs années par la Fédération régionale des MFR. Et cela montre un exemple concret d’accessibilité pour les jeunes de tous nos territoires.

Mes chers collègues, à l’heure du Brexit et de la monté des nationalismes, la Région Bretagne peut être fière de coordonner, de soutenir et d’encourager ces actions en faveur de la mobilité européenne et internationale de toutes les jeunes bretonnes et de tous les jeunes bretons !